cloaque

cloaque

cloaque [ klɔak ] n. m.
• 1355; lat. cloaca « égout »
1Lieu destiné à recevoir des immondices. bourbier, décharge, égout , sentine. Le grand cloaque de Rome (cloaca maxima) :égout bâti par les Tarquins. — Par ext. Lieu malpropre, malsain. L'infirmerie « était devenue un cloaque immonde » (Loti).
2 Fig. et littér. Foyer de corruption (morale ou intellectuelle). bas-fond.
3Anat. Orifice commun des cavités intestinale, urinaire et génitale de nombreux animaux (oiseaux, reptiles, marsupiaux, amphibiens, certains poissons).

cloaque nom masculin (latin cloaca, égout) Réceptacle des eaux sales, des eaux ménagères ; masse d'eau croupie et infecte, endroit très sale. Littéraire. Foyer de corruption morale, lieu immonde. Région postérieure du tube digestif des vertébrés, où s'ouvrent l'intestin postérieur, les voies urinaires et génitales. (Les poissons osseux et les mammifères n'ont pas de cloaque.) ● cloaque (citations) nom masculin (latin cloaca, égout) Francis Ponge Montpellier 1899-Le Bar-sur-Loup 1988 L'histoire, ce petit cloaque où l'esprit de l'homme aime patauger. Interview à la mort de Stalinecloaque (synonymes) nom masculin (latin cloaca, égout) Réceptacle des eaux sales, des eaux ménagères ; masse d'eau croupie...
Synonymes :
Littéraire. Foyer de corruption morale, lieu immonde.
Synonymes :
- marécage

cloaque
n. m.
d1./d Lieu servant de dépôt d'immondices.
Par ext. Endroit malpropre, malsain. Cette ruelle est un cloaque.
d2./d ZOOL Cavité qui, chez de nombreux animaux (notam. les oiseaux), sert de débouché commun aux voies intestinales, urinaires et génitales.

⇒CLOAQUE, subst. masc.
A.— Endroit prévu pour servir de réceptacle aux eaux sales et aux immondices. Les filles, (...) vidaient en hâte leurs seaux de toilette, de la vie souillée, gâchée, qui s'en allait au cloaque (ZOLA, Fécondité, 1899, p. 74).
Spéc. Galerie souterraine voûtée, en pierre, pour l'écoulement des eaux de pluie et des immondices. Synon. mod. égout.
En partic., ARCHÉOL., subst. fém. ou masc. La (ou le) grand(e) cloaque de Rome (en latin cloaca maxima). Premier et principal égout de l'ancienne Rome par lequel les eaux pluviales et les ordures de la ville allaient s'écouler dans le Tibre :
1. Quelquefois, l'égout de Paris se mêlait de déborder, (...). Par moments, cet estomac de la civilisation digérait mal, le cloaque refluait dans le gosier de la ville, et Paris avait l'arrière-goût de sa fange. (...); la ville s'indignait que sa boue eût tant d'audace, et n'admettait pas que l'ordure revînt.
HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 514.
Rem. LITTRÉ note dans une remarque : ,,Dans la grande cloaque, le genre étymologique a été conservé par le latin maxima cloaca, qui est le nom de cet égout. Au XVIe siècle cloaque était tantôt masculin, tantôt féminin; c'est à tort que le masculin l'a emporté, ne fût-ce qu'à cause de cette anomalie d'avoir un même mot de deux genres suivant l'emploi.`` On lit dans LAV. Diffic. 1892 : ,,L'Académie [1835, Compl. 1842, 1878] le fait féminin en parlant des ouvrages des anciens, (...); et masculin dans toutes les autres acceptions. On ne voit pas trop pourquoi l'Académie a embarrassé la langue de cette distinction frivole. Aujourd'hui, la plupart des auteurs le font masculin dans toutes ses acceptions, et nous pensons qu'on doit les imiter. L'Encyclopédie le fait masculin, même en parlant des cloaques des anciens.`` (Noter que Ac. 1932 n'enregistre pas l'emploi de cloaque au sens d'égout).
P. métaph. — Monsieur le Comte, le cœur humain est un cloaque; descendons-y cependant quelquefois, en nous bouchant le nez, pour y recevoir quelques leçons utiles (J. DE MAISTRE, Correspondance, 1786-1805, p. 262). Il [Pierre] ne s'était jamais senti plongé ainsi dans un cloaque de misère (MAUPASSANT, Pierre et Jean, 1888, p. 431). La Tamise (...) est devenue cet égout énorme, ce cloaque maxime où dégorgent les docks (MORAND, Londres, 1933, p. 321).
P. anal., ANAT. ANIMALE. [Chez certains vertébrés inférieurs, notamment chez les poissons, les reptiles, les oiseaux] Poche située à l'extrémité du tube intestinal et constituant le réceptacle commun aux excrétions des voies digestives et aux produits des voies génitales. L'ouverture, la commissure, la fente, la paroi, les fibres, les muscles, le constricteur, l'intérieur du cloaque; canal qui s'ouvre dans le cloaque; cloaque de la femelle.
B.— P. ext.
1. Poche d'eaux sales et stagnantes où croupissent des ordures. Cloaque de boue, de fange et de ténèbres; cloaque gluant et profond, fangeux; la boue des cloaques. Les amas d'eaux stagnantes, les cloaques boueux, les ordures humides (CABANIS, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 2, 1808, p. 34) :
2. Boues, fondrières, cloaques abondaient dans le pays, où, les pluies finies, toute sorte de détritus croupissaient, fermentant et pourrissant sous les premiers soleils.
PESQUIDOUX, Le Livre de raison, 1928, p. 114.
Rem. Dans l'ex. suiv., le syntagme rouler au cloaque est synon. de l'expr. tomber, rouler dans le ruisseau (ruisseau désignant ici les eaux sales coulant le long des trottoirs avant d'aller se jeter dans les égouts). Elle [Josine] devenait comme la victime unique (...) que la prostitution roulerait au cloaque (ZOLA, Travail, t. 1, 1901, p. 169).
2. Péj. Endroit, lieu très sale, malsain. Cloaques industriels. Le peuple, celui qui se pourrit dans le cloaque des faubourgs (ZOLA, Le Docteur Pascal, 1893, p. 115).
C.— Emploi métaph. ou fig., péj., littér. (de l'emploi B). [Pour exprimer le caractère immonde du foyer de corruption que constituent certains milieux ou groupes socio-professionnels, certains êtres, etc.]. Cette attitude qui décelait la fille traînée par tous les cloaques des villes (HUYSMANS, Marthe, 1876, p. 119). Et tandis que sa faux [à la mort] reluit à l'horizon, La vie est un cloaque où tout être patauge (M. ROLLINAT, Les Névroses, 1883, p. 348) :
3. Il fallut se noyer l'âme dans les malpropres soucis d'argent, dans la purulence des égoïsmes sollicités, dans le cloaque des poignées de main.
BLOY, La Femme pauvre, 1897, p. 218.
4. Objection de Soury à la religion de l'humanité : rien n'est plus vil que l'humanité. Il vaudrait mieux rendre un culte aux chiens, si bons, excellents. Mais quel cloaque dans l'homme.
BARRÈS, Mes cahiers, t. 3, 1902-03, p. 17.
SYNT. Le cloaque de l'humanité, de la société, de la presse, des modes; cloaque de vanités et de vices; cloaques d'ignominie, d'impiété et de mauvaises mœurs; cloaque immonde, impur; le cloaque littéraire, parisien.
[En tant que symbole de la pourriture, de la souillure, p. oppos. à ce qui est propre, pur, intact] Le cloaque. En d'autres termes, je fuis le cloaque et je cherche le sec et le propre, certaine que c'est la loi de mon existence (G. SAND, Correspondance, t. 6, 1812-76, p. 374).
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. cloaqueux, euse, dans le syntagme bouche cloaqueuse et avec la signification « Bouche d'où ne sortent que des propos dont la bassesse, le caractère immonde... inspirent le dégoût » (correspond à l'emploi fig. et péj. de cloaque). Le gorille latin, l'ouistiti parisien, la pétroleuse à teint de limande, le sans-culotte à la bouche cloaqueuse et à la voix de fille, tous ces gens gris tendus vers le mal faire — tromper, voler, b..., resquiller, se défiler, — (...) — ce fumier battu de soleil (fumier de corps et d'âmes), c'était cela dont il recouvrait sa terre, et qui la faisait germer si dru (MONTHERLANT, Les Lépreuses, 1939, p. 1507).
Prononc. et Orth. :[]. Comme l'atteste LITTRÉ on a prononcé le mot avec [] post. pour lui donner une résonance plus péj. MART. Comment prononce 1913, p. 112, met en garde contre la tendance à prononcer [o] fermé dans coalition, cohabiter, coefficientco- est préf., ainsi que dans boa, cloaque, oasis, poème. Attesté ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1355 « lieu destiné à recevoir les immondices » (BERSUIRE, Tite-Live, ms. Ste-Gen. [av. 1380], f° 20a ds GDF. Compl.); 2. 1569 cloacque p. ext. « ce qui est sale » (RONSARD, Œuvres, éd. P. Laumonier, t. XV, p. 235, Hylas [ici, fig., d'un homme]); 3. 1746-48 anat. (Dict. de James, trad. par Diderot, Eidous et Toussaint ds Trév. Suppl. 1752). Empr. au lat. class. cloaca « égout », qqf. employé pour désigner le ventre. Fréq. abs. littér. :269. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 632, b) 555; XXe s. : a) 388, b) 72.
DÉR. Cloacal, ale, aux, adj., anat. animale. [Chez certains vertébrés inférieurs, notamment chez les poissons, les reptiles, les oiseaux] Qui est relatif au cloaque et en partic., qui en fait partie. Région, poche, fente cloacale; orifice cloacal; paroi, membrane cloacale; diverticule, os cloacal; nerfs cloacaux. P. ext., psychanal. Théorie cloacale. ,,Théorie sexuelle de l'enfant qui méconnaît la distinction du vagin et de l'anus : la femme ne posséderait qu'une cavité et qu'un orifice, confondu avec l'anus, par lequel naîtraient les enfants et se pratiquerait le coït`` (LAPL.-PONT. 1967). Synon. théorie du cloaque. [], plur. [-o]. 1re attest. 1838 (Ac. Compl. 1842); de cloaque, suff. -al. Fréq. abs. littér. : 1.

cloaque [klɔak] n. m.
ÉTYM. 1355; du lat. cloaca, grec kluzein « nettoyer ».
1 Lieu destiné à recevoir des immondices. Bourbier, décharge, égout, sentine. || Tomber dans un cloaque.Spécialt, n. f. ou n. m. || La grande cloaque ou le grand cloaque de Rome : égout bâti par les Tarquins (cloaca maxima, en latin).
1 Il y en a d'autres (d'autres maux) cachés et enfoncés comme des ordures dans un cloaque, je veux dire ensevelis sous la honte (…) et dans l'obscurité (…)
La Bruyère, les Caractères, X, 7.
2 Il (Napoléon) proclame (…) que désormais Moscou n'est plus qu'un amas de décombres, qu'un cloaque impur et malsain, sans importance politique et militaire.
Ph. P. Ségur, Hist. de Napoléon, IX, 6.
2.1 Si le lac de Genève devient un cloaque, le Rhône deviendra un égout et les habitants de Vienne n'en souffriront pas moins que ceux de Lausanne.
Emmanuel Berl, le Virage, p. 32-33.
2 Endroit où croupissent des eaux sales, des ordures.Lieu malpropre, malsain. || Ces logements sont des cloaques.
3 (…) l'infirmerie (…) était devenue un cloaque immonde, où bouillonnaient deux pieds d'eau boueuse et noire, avec des fioles brisées, des odeurs de tous les remèdes répandus.
Loti, Mon frère Yves, XXVII, p. 88.
3 Fig. et littér. Foyer de corruption (morale ou intellectuelle). || Un cloaque d'impureté, de vices, d'erreurs. Bas-fonds, boue.
4 Quelle chimère est-ce donc que l'homme ? Quelle nouveauté, quel monstre, quel chaos, quel sujet de contradiction, quel prodige ! Juge de toutes choses, imbécile ver de terre; dépositaire du vrai, cloaque d'incertitude et d'erreur : gloire et rebut de l'univers.
Pascal, Pensées, VII, 434.
4.1 Dès qu'une nouvelle fille est arrivée dans ce cloaque impur, dès qu'elle y est à jamais soustraite à l'univers, on en réforme aussitôt, voilà chère fille, voilà le complément de nos douleurs (…)
Sade, Justine…, t. I, p. 172-173.
5 On en était arrivé aux mœurs des anthropophages de la Nouvelle-Zélande, à l'abrutissement ignoble des Calédoniens et des Papous, au plus bas fond du cloaque humain (…)
Taine, Philosophie de l'art, t. I, I, II, VI, p. 78.
4 (1746). Zool. Chez les oiseaux, les reptiles, les marsupiaux, Orifice commun des cavités intestinale, urinaire et génitale. || La paroi, les muscles, l'intérieur du cloaque.
DÉR. Cloacal.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Нужен реферат?

Regardez d'autres dictionnaires:

  • cloaque — CLOAQUE. sub. f. Conduit fait de pierre, et voûté, par où l on fait écouler les eaux et les immondices d une ville. En ce sens là il n est guère en nsage qu en parlant Des ouvrages des Anciens. Les cloaques des Romains subsistent encore, et sont… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • cloaque — CLOAQUE. s. f. Conduit fait de pierre & vouté, par où on fait escouler les eaux & les immondices d une Ville. En ce sens là il n est guere en usage qu en parlant des ouvrages des Anciens. Les cloaques des Romains subsistent encore & sont bien… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • cloaque — (klo a k ; au temps de Chifflet, Gramm. p. 183, on prononçait cloâque) s. m. 1°   Lieu destiné à recevoir les immondices. •   Il [Napoléon] proclame que le Kremlin, arsenal, magasins, tout est détruit ; que désormais Moscou n est plus qu un amas… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Cloaque — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : « Cloaque », sur le Wiktionnaire (dictionnaire universel) En anatomie animale, un cloaque est l… …   Wikipédia en Français

  • CLOAQUE — s. m. Lieu destiné à recevoir les immondices. Tomber dans un cloaque. Un cloaque infect.   Il se dit, par extension, d Un lieu malpropre et malsain. Sa maison est un cloaque. Cette ville est un vrai cloaque. Fig. et fam., C est un cloaque, se dit …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • CLOAQUE — n. m. Lieu destiné à recevoir les immondices. Tomber dans un cloaque. Un cloaque infect. Il se dit, par extension, d’un Lieu malpropre et malsain. Sa maison est un cloaque. Cette ville est un vrai cloaque. Fig., C’est un cloaque d’impureté, un… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Cloaque (Oiseau) — Vue externe d un cloaque de Buteo jamaicensis Le cloaque est un organe en forme de canal, qui chez les oiseaux, permet d évacuer les urines et les fèces et de se reproduire. Le côlon débouche sur la première partie du cloaque, le coprodeum qui… …   Wikipédia en Français

  • Cloaque (oiseau) — Pour les articles homonymes, voir Cloaque. Vue externe du cloaque d une Buse à queue rousse (Buteo jamaicensis). Le cloaque est un organe en forme de canal, qui chez les oi …   Wikipédia en Français

  • Cloaque comportemental — Pour les articles homonymes, voir Cloaque. Le cloaque comportemental est un concept développé par l éthologue John B. Calhoun (en)[Quand ?] : c est la résultante de tout processus qui rassemble les ani …   Wikipédia en Français

  • CLOAQUE — s. f. Conduit fait de pierre, et voûté, par où s écoulent les eaux et les immondices d une ville. Il n est guère usité qu en parlant Des ouvrages des anciens. Les cloaques des Romains subsistent encore, elles sont bien bâties et fort hautes. En… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”